La coopétition, la stratégie de l’excellence prospective

samedi 28 décembre 2019

La coopétition, la stratégie de l’Excellence prospective,
La coopétition, un nouveau champ des possibles de l’action collective.

Chers Collègues du Millennium Project,
Chers prospectivites,
Chers amis,

L’apparent paradoxe de la coopétition, cette situation mobilisatrice de tensions contradictoires - Rivaliser et coopérer simultanément - avec ses concurrents nécessite l’élaboration de visions décloisonnées très difficiles à envisager à court et moyen terme pour s’émanciper des représentations classiques de l’environnement.

Cette posture managériale qui rend nécessaire le maillage de la prospective et d’un management relationnel ouvert et performant nous conduit à qualifier la coopétition de stratégie d’Excellence prospective.

Considérant que l’on ne crée jamais aussi bien que sous la contrainte, ce stimulant de la création, le paradoxe - Rivaliser et coopérer simultanément - devient alors un cadre propice au changement et à une reconsidération positive de toute situation de gestion.

Prioritairement, toutes les entreprises qui décident de coopétiter revendiquent le besoin de réduire leurs coûts qu’elles se répartiront entre les coopétiteurs. Le souhait de développer de la valeur en accédant à de nouvelles ressources, puis de la capturer dans une relation « gagnant-gagnant », les guide également. L’obligation de neutraliser un concurrent par la collaboration est aussi un moteur à cette stratégie.Enfin, la lutte contre l’incertitude par des stratégies de diversification ou de verticalisation, par l’amont ou l’aval, conduit souvent les organisations à la mettre en œuvre.

Si l’élaboration de futurs possibles s’avère souvent difficile entre acteurs non concurrents et vraiment désireux de construire ensemble une vision collective autour d’un projet commun, on comprend aisément qu’elle nécessite un niveau d’Excellence prospective pour mener des concurrents à un destin commun. Sans cette vision partagée des bénéfices de la coopération et de l’appropriation de la valeur crée par ce partenariat singulier, la stratégie de coopétition aurait bien peu de chances d’aboutir.

En effet, notre expérience de prospectiviste de terrain nous a souvent démontré que le poids des représentations, les concepts et les images formatés de notre environnement réduisaient le champ des possibles de la coopération.

En distinguant, destin individuel et collectif, les partenaires tirent profit les uns des autres pour générer un avantage concurrentiel à moyen et long terme.

Bien qu’il soit illusoire de penser que la coopétition est une stratégie facile à initier, tant les hommes sont complexes et leurs environnements changeants, je sais par expérience que la coopétition est actionnable dans les entreprises et dans les institutions.

En cette période de tensions économiques et sociales, je vous invite en 2020 à en découvrir les vertus et vous souhaite une belle année coopétitive.

Bien Cordialement.

Dr. Saphia Richou
Présidente de Prospective Foresight Network
www.prospective-foresight.com

Millennium Project French Node
www.millennium-project.org

Chercheuse au LAREQUOI - Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
http://www.larequoi.uvsq.fr/cherche...

- Garette B. et Dussauge P. (1995), Les Stratégies d’Alliances. Les Editions d’Organisation.
- Nalebuff, B., Brandenburger, A. La coopétition, une révolution dans la manière de jouer concurrence et coopération, Village Mondial, 1996.