Saphia Richou

mercredi 4 mars 2015

Saphia Richou , présidente de Prospective Foresight Europe est consultante en prospective stratégique et Maître de Conférences Associé à l’Institut Supérieur de Management de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Ses recherches sont axées sur les stratégies collectives, la coopétition, ainsi que sur le management de la communication.


Parlez nous de la création et des enjeux de Foresight Europe


Foresight Europe est né d’une association dont j’étais moi-même secrétaire générale et qui s’appelait Collège Européen de la Prospective territoriale. Foresight Europe a vu le jour en octobre dernier dans le cadre d’une réunion UNESCO qui réunissait les personnes du Collège Européen, des membres du Millennium Project.


L’association a décidé de ne plus se concentrer uniquement sur les problématiques territoriales en Europe mais sur les problèmes de Foresight en général. Nous nous sommes dit qu’il était intéressant de confier cette nouvelle association à nos nouveaux partenaires des pays de l’Est, notamment Cornélia Daheim et Blaz Golob. C’est une façon de faire une transition générationnelle.


Vous parliez de prospective territoriale, qu’entendez-vous par là ?


En France et dans le monde, les territoires changent, nous en avons d’ailleurs une autre représentation des territoires. Ceux-ci nécessitent donc que l’on anticipe leur développement et leur évolution. Derrière les territoires, des logiques de veille se mettent en place. Nous mêmes en France, nous sommes actuellement en train de faire notre révolution territoriale,avec une nouvelle organisation des départements.

Nous nous sommes aperçus que lorsque l’on parle des territoires au niveau européen, personne n’utilise les mêmes mots. Comment voulez-vous que les acteurs internationaux puissent imaginer les territoires européens si nous n’avons pas tous, européens, les mêmes mots pour les définir ?


Y-a-t-il des actions que vous avez réalisées et qui sont représentatives de votre travail ?


Oui, notamment les travaux que j’ai pu réaliser sur l’interprofession céréalière française et sur la capacité à entrer dans une dynamique de coopétition. Nous faisons en sorte que tous les acteurs de la filière s’organisent, dépassent leurs rivalités et coopèrent sur certains niveaux de la chaîne de valeur. Nous espérons à terme la rendre plus compétitive.

En tant qu’enseignant-chercheur, je fais de la recherche jusqu’à obtention du résultat sur le terrain. J’interviens comme expert en prospective stratégique et chercheur au Larequoi, le laboratoire de recherche en Management de l’Institut Supérieur de Management (ISM) de l’Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines (UVSQ).

Cette Recherche Intervention a permis de mettre en place un comité d’orientation stratégique jusqu’à l’obtention d’un contrat signé à l’unanimité pour faire avancer la compétitivité de la filière. Nous avons réussi à faire en sorte que la filière signe à l’unanimité un contrat sur la teneur en protéines de blé avec des enjeux humanitaires. C’est un coup d’avance sur les blés allemands ou américains.

Par ailleurs, j’ai réalisé une étude sur la pauvreté en Europe avec Xavier Godinoten en 2003 pour Futuribles International. Les scénarios que nous avions imaginés avec le groupe de travail transdisciplinaire se sont malheureusement avérés pertinents. Certains pointaient la montée des extrémismes politiques et l’augmentation de la pauvreté en Europe.

Le Sénat revient sur ces travaux, mais les politiques ne semblent pas se mobiliser malgré nos alertes. Il existe de très bons rapports de prospective dans tous les secteurs, mais les logiques électorales des acteurs politiques ne s’inscrivent pas souvent à long terme, à contrario des réflexions prospectivistes.


Avez-vous des interactions avec les membres du Millennium Project. Si oui comment souhaiterez-vous les améliorer ?


J’ai des interactions historiques avec certains. Des liens se sont tissés. Cependant, par rapport aux nœuds, il y en a beaucoup en Asie ou en Chine que je ne connais que par internet. Ce qui est important est savoir que l’on peut toujours communiquer avec eux, échanger sur des questions ou demander leur expertise. C’est une opportunité d’accéder à des informations robustes grâce au réseau des prospectivistes du Millennium Project.

Contact : saphia.richou@wanadoo.fr
LinkedIn